FFRandonnée
Parrain de l’évènement, la Fédération Française de Randonnée Pédestre m’apporte son aide dans la recherche de sponsors et la logistique nécessaire pour la réussite de ce défi.
Par le biais de son réseau de comités départementaux, je suis en relation avec les associations affiliées pour partager avec eux l’aventure et découvrir leurs actions en faveur de l'environnement.
Grâce à ses outils numériques, j’ai pu concevoir mon itinéraire sur GR @ccess et le site MonGR, de même qu’établir un tableau de marche précis avec l’aide de leurs indispensables Topoguides.
2713
post-template-default,single,single-post,postid-2713,single-format-standard,eltd-core-1.1.2,borderland-childtheme-child-theme-ver-1.1,borderland-theme-ver-2.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,side_menu_slide_with_content,width_470, vertical_menu_with_scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive
 

Loup et pastoralisme

Après plusieurs décennies d’absence en France suite à son extermination par l’homme, voilà plus de 25 ans que le loup est revenu naturellement, par ses propres moyens. Quelque vingt années durant lesquelles des rumeurs, des erreurs et des contrevérités ont été colportées par des responsables du monde agricole, des chasseurs et même certains élus. Contrevérités à propos de l’élevage et de l’impact imputé aux loups, erreurs concernant la chasse et du rôle prêté aux loups, ainsi que des rumeurs relayées par une partie des médias. Il faut donc rétablir les faits, car le loup ne doit pas être un bouc-émissaire et parce qu’une espèce animale ne doit pas être sacrifiée pour assouvir la haine et les intérêts de quelques-uns.

A SAVOIR

Meute : de 4 à 5 loups en moyenne
Territoire : superficie de 200 à 300 km
Population : 530 individus estimés en 2019
Taux d’hybridation : environ 5% (loup/chien)
Répartition : Massif alpin, Grand Est et Occitanie

Une cohabitation possible

Lorsque rien ne l’empêche techniquement, le loup peut s’en prendre au bétail plus facile à capturer que ses proies naturelles. Beaucoup de troupeaux ne sont jamais l’objet de prédation, alors que certains le sont régulièrement, surtout quand d’immenses troupeaux de brebis sont laissés presque sans gardiennage ou sans protection efficace. Cependant il existe toute une série de mesures de protection largement prises en charge par l’Etat comme des clôtures, des chiens de protection… Bien sûr, ceci implique une préoccupation nouvelle pour les éleveurs qui n’ont pas connu la présence de prédateurs naturels depuis quelques générations, et ça n’est pas souvent facile.

 

Mais la cohabitation fonctionne, dès lors que ces mesures de protection sont bien adaptées, et qu’elles sont mises en oeuvre correctement. Malgré tout en cas de prédation, l’Etat indemnise l’éleveur pour chaque animal tué, et ce même quand la perte est attribuée au « loup non exclu », c’est-à-dire quand la responsabilité d’un prédateur autre que le loup est mise en doute. Cette dernière représente d’ailleurs environ 8 000 ovins par an, soit 0,1% du cheptel français.

Avec ses 6 millions de moutons, la France n’est autosuffisante qu’à 45% en viande ovine. L’Italie, avec 7 millions de moutons, est autosuffisante à 70% et compte une population de 1 500 loups. L’Espagne est autosuffisante à 129% avec ses 14 millions de moutons et abrite une population de 2 000 loups !

Répartition du loup en France

Un suivi intensif sur les secteurs de présence régulière permet d’identifier la présence de loups sédentarisés. À la sortie de l’été 2019, le réseau Loup-lynx estime que la population de loups en France s’étend sur 97 zones dites « de présence permanente » (ZPP) où il y a des loups sédentarisés, dont 80 constituées en meutes.

Après des siècles d’acharnement ayant failli le faire disparaître en Europe, le loup a été sauvé in extremis par une protection légale. Protection au niveau européen par la Convention de Berne (1979) transcrite dans le droit français en 1989 et protection en France par l’arrêté ministériel du 22 juillet 1993 mis à jour le 23 avril 2007. Le loup est actuellement inscrit dans les annexes II et IV de la directive Habitats Faune Flore de l’Union européenne (92/43/CEE), au titre d’espèce prioritaire. Cela signifie que la France doit veiller à la conservation de l’espèce et de ses habitats car la population est encore trop faible pour être viable.

SOURCE : CAP LOUP / OFFICE FRANCAISE DE LA BIODIVERSITE / PARC NATIONAL DU MERCANTOUR

RAPPORT CSPNB – 2016
LOUP FRANCE
RAPPORT CGEDD – 2019
2 Commentaires
  • bargain catherine
    Répondre

    loup ……. OURS ……. MÊME COMBAT. vivre EN harmonie AVEC LE PASTORALISME N’EST PAS UNE évidence DE NOS JOURS

    6 octobre 2020at16 h 26 min

Ajouter un commentaire